Afest
Association Francophone des Experts et Scientifiques du Tourisme
Accueil > Actualités > L’Italie, l’espagne et l’Angleterre devant l’hexagone pour l’attractivité (...)

L’Italie, l’espagne et l’Angleterre devant l’hexagone pour l’attractivité touristique

jeudi 1er avril 2004

Journalistes et professionnels du tourisme déclarent tous avoir une bonne image de la France. Mais ces relais d’opinion ne semblent pas toujours capables de la transmettre : seuls 49 % des voyageurs interrogés dans l’enquête Ipsos se disent bien informés. La France a donc tout àgagner en améliorant sa visibilité médiatique.

Tous les professionnels du tourisme l’attendaient avec impatience. D’autant plus qu’en ce moment, la situation s’avère assez morose dans le secteur.

Une bonne image globale aurès de 3 voyageurs sur 4

Mardi 30 mars dernier, au cours de la 2e assemblée du Conseil consultatif international, Thierry Baudier, directeur général de Maison de la France, a enfin levé le voile sur l’étude Ipsos destinée àdéterminer l’image de la France en tant que destination touristique auprès du grand public et des leaders d’opinion. Et les premiers résultats de cette vaste enquête sont riches d’enseignement. A commencer par le fait que la France bénéficie d’une bonne image globale auprès de 3 voyageurs sur 4 (73 % en ont une image "très bonne", 25 % "assez bonne"). Une image qui s’avère meilleure encore auprès des journalistes et des tour-opérateurs, puisque respectivement 55 % et 54 d’entre eux déclarent avoir une "très bonne" image de l’Hexagone. Voilàa priori de quoi flatter l’ego de certains.

Des points négatifs

L’enquête ne se borne pas àmettre l’accent sur les points positifs de notre territoire. Si la France se caractérise, aux yeux de la grande majorité des gens, par sa richesse culturelle et par un certain hédonisme avec la qualité de sa nourriture (82 %, dont 42 % "tout àfait") et ses possibilités de sortie, il apparaît clairement qu’elle pèche dans des domaines bien précis. _ Doivent ainsi être améliorées en priorité, en raison de leur impact négatif sur la perception globale du pays, la qualité de l’hébergement et surtout la qualité de l’accueil. Ce dernier est en effet le moins bien perçu. La preuve, seuls 58 % des voyageurs interrogés s’accordent àdire que l’accueil est de bonne qualité en France (18 "tout àfait").
A noter que les Américains sont les visiteurs qui nous jugent le plus sévèrement sur ce critère, 47 ne reconnaissant pas la qualité de notre accueil.

Mauvaise perception du rapport qualité/prix

Pour ce qui concerne la qualité de l’hébergement, plutôt bien perçue (74 %), elle ne l’est finalement pas suffisamment compte tenu de l’importance de ce critère dans la perception d’ensemble de la destination. Au passage, on relèvera que ce sont les Japonais (83 %, dont 17 % "tout àfait") et les Européens (45 %, dont 22 "tout àfait") qui se disent les plus mécontents en matière de logement.

Autre point sensible qui doit progresser dans les années àvenir : la perception du rapport qualité/prix des séjours. 61 % seulement des touristes ayant participé àl’enquête estiment que ce rapport est "bon", dont 19 % "tout àfait Des scores certes élevés, mais nettement moindres que ceux obtenus pour l’Italie, à75 %, et l’Espagne, à77 %. Seuls 18 % des leaders d’opinion considèrent ce rapport qualité/prix "tout àfait bon".

Il y a donc làun travail de fond àentreprendre. Tout comme sur un autre élément àne pas négliger : la connaissance partielle de l’offre touristique française. _ A quelques exceptions près en effet, les voyageurs soumis àcette étude considèrent la France comme une destination plutôt séduisante pour les séjours àdominante culturelle (85 %), les courts séjours dans les grandes villes et ceux àla campagne.
En revanche, ils la jugent moins intéressante en matière de tourisme itinérant (69 %) et balnéaire (67 %). C’est en tant que destination associée aux sports d’hiver que la France réalise ses moins bonnes performances auprès du grand public (41 %) et également auprès des professionnels (66%).

Manque de médiatisation

La France souffre d’un manque cruel d’informations, notamment envers le grand public.
Quand on connaît la qualité du domaine skiable français, il semble incroyable de ne pas assimiler France et montagne. D’ailleurs, seuls 49 % des visiteurs avouent être "bien" informés sur l’Hexagone, dont 12 % "très bien". Ce déficit est particulièrement sensible auprès des consommateurs et tour-opérateurs italiens, ainsi qu’auprès de la clientèle nipponne. "Considérant que lorsque le grand public entend parler de la France, c’est plutôt en bien, la France gagnerait sans doute encore àune meilleure visibilité médiatique", souligne l’enquête.

Tout n’est cependant pas tout noir. La perception des visiteurs est meilleure que celle des non-visiteurs sur l’ensemble des traits testés. Le fait de séjourner en France permet également àcertains de modifier l’image qu’ils avaient au préalable de la destination. En fait, 81 % des personnes qui ont déjàvisité la France sont susceptibles de recommander cette destination àleurs proches.

Source Ipsos/L’Hôtellerie

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 contact : webmestre AT afest.org